Accès membre

/medias/image/6548812385b87eb07cd5df.png

Alice FORTIN (IFAG Paris 1991) Spécialiste du contrôle de gestion projets

  • 10 nov. 2018
  • -
  • Catégorie : Portraits métiers - LM
  • -
  • Auteur : Nelly RAVILLARD
  • -
  • Vu : 145 fois

 
"J'aime travailler en équipe et gérer des projets concrets" tel est le credo, de cette IFAGuienne joviale, experte en contrôle de gestion de projets, et qui a fait toute sa carrière au sein de grands groupes comme Alcatel, Thalès, GE, Crédit Agricole et aujourd'hui Siemens. 

 

Tes postes ont tous été très variés. Peux-tu nous expliquer les différents types de contrôle de gestion présents dans les entreprises ?  

  • Le contrôleur budgétaire gère les centres de coûts, en relation avec le DAF.
  • Le contrôleur de gestion projets (services ou industriel) gère la marge et a un rôle d'alerte, de conseil pour le respect des procédures des groupes. A l'export, il apporte une attention particulière à la compliance.
  • Le contrôleur de gestion R&D suit les coûts, alerte si dérives et propose des solutions en termes d'achats, de sous-traitance, de répartition main-d'oeuvre interne ou sous-traitance à bas coûts avec une contrainte majeure : il y a très peu de CA !
  • Enfin, le contrôle de gestion industriel est souvent relié à une usine. Il doit bien connaître le process de fabrication pour comprendre d'où viennent les coûts et où faire des économies. Il peut être amené à détecter les dysfonctionnements sur une chaîne de production grâce à des variations de coûts !


A quoi reconnaît-on un "bon" contrôleur de gestion et sur quels critères l'évaluer ?
Optimiser le niveau de marge et garantir le bon respect des procédures de la société font partie des missions premières du contrôleur de gestion projet. Mais étrangement, je dirai que les compétences en gestion sont moins importantes que la capacité à bien communiquer, tant avec les clients internes et le management qu'avec les clients externes.  

J'ajouterai à cela qu'un contrôleur de gestion averti doit savoir chercher et trouver les informations dans les SI et vérifier leur véracité en les croisant dans les différents systèmes.

Enfin, il est attendu une bonne hauteur de vue dans le but de détecter anomalies ou dérives !


Demain, y aura t-il des évolutions majeures dans l'exercice du métier de contrôleur de gestion ?
Avec la montée en puissance du big data, les tâches répétitives d'extraction de données vont tendre à  disparaître, au profit de tâches plus nobles, à grande valeur ajoutée : l'analyse prédictive, l'expertise dans l'imbrication des systèmes d'information et la capacité de conduire le changement.



Portrait Intime


                             

 

 

 

Auteur :
Nelly RAVILLARD

Staff

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire