Accès membre

/medias/image/6548812385b87eb07cd5df.png

Olivier BOUCHET (IFAG Paris 1994) - Repreneur de CULAUD (Solution en Bois)

  • 1 févr. 2019
  • -
  • Catégorie : Paroles d'entrepreneurs - LM
  • -
  • Auteur : Nelly RAVILLARD
  • -
  • Vu : 158 fois

Culaud créée en 1947 
a été reprise en 2017 par Olivier BOUCHET
Présentation d'activités et conseils de repreneur






Comment s'est passé le rachat de l'entreprise Culaud et quels conseils peux-tu nous apporter ?   
Mon projet visait des entreprises à 1,5M€ au rachat dans la filière bois. Généralement une opération de ce type prend entre 1,5 et 2 ans. J'ai mis 4 ans a reprendre Culaud SA car j'étais en poste. J'ai fait une première proposition de reprise à Culaud en 2014 qui a été refusée. Puis, l'entreprise étant au bord du dépôt de bilan (2,8 M€ en 2008 et 1,4M€ aujourd’hui), les propriétaires sont revenus me voir en 2016. J'ai repris la structure en 2017 sans garantie de passif, les banques ont abandonné leur dette et lever le nantissement !  

Il faut accepter une prise de risque financière importante car on achète avant tout les comptes qu'on veut bien vous présenter, on fait des visites souvent sans voir les salariés... J'ajouterais qu'un projet de rachat doit être familial ou en tous cas, ne pas mettre sa famille en péril. Enfin, il faut être prêt à se former (la formation du CRA est formidable) et à ne pas récupérer un salaire de cadre dirigeant tout de suite.

  

Où se situent les différences entre la création versus le rachat d'une entreprise?

La création d’entreprise permet de choisir les hommes, la culture d'entreprise que l'on souhaite insuffler. Il n'y a pas d’héritage et les risques financiers sont moindres. Mais il faut avoir l'idée et se sentir capable de partir d'une feuille blanche, d'emprunter si besoin sans avoir de bilan.... 
La reprise d'entreprise, quant à elle, permet de démarrer avec une clientèle et une équipe, des process et des fournisseurs...c'est plus rassurant pour les banquiers partenaires du rachat. Ces éléments expliquent sans doute que le taux de survie est meilleur dans la reprise d'entreprise comparativement à la création d'entreprise. Mais, en rachetant, on ne voit que le haut de l'iceberg, il peut y avoir des surprises techniques ou humaines. On gère des hommes et une culture que l'on n'a pas choisis et cet héritage rend les changements plus délicats. La conduite du changement doit être menée avec beaucoup de tact.

  



Portrait Intime








Auteur :
Nelly RAVILLARD

Staff

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire